Rénovons le PS en Languedoc

Primaires municipales : une bonne idée ?

 

Après le succès de la présidentielle, on parle beaucoup de redéployer le dispositif des primaires pour les prochaines élections municipales. Puisque cela a marché pour Hollande, pourquoi pas pour les futurs maires socialistes ?

 

La question n'est pas si simple et mérite débat. En premier lieu, nous ne sommes plus dans le même contexte politique. la gauche est au pouvoir et la popularité de l'exécutif est à la traine. Dans cette situation, les primaires peuvent-elles avoir la même efficacité ? Peut-on se permettre politiquement une participation à la baisse ?

 

Les primaires peuvent-elles être généralisées aux municipales ? La réponse est vraisemblablement non. D'une part, dans plusieurs villes, il n'y aura pas, vraisemblablement de concurrence à l'investiture. Dans d'autres villes, sans accord des autres partis de gauche pour participer à ce dispositif, il n'est pas certain que, vu les rapports de force locaux internes à la gauche, il soit opportun d'organiser des primaires exclusivement PS. Enfin, dans certaines villes, vu le contexte national et local, il n'est pas évident que le choix du Parti soit de partir drapeau rouge au vent aux municipales.

 

On part donc, au mieux, sur un choix ciblé de villes au sein desquelles des primaires pourraient être organisées. Cette sélection aura des effets en termes de médiatisation du dispositif, ce qui peut jouer contre la participation. Par ailleurs, faut-il encore définir quelles sont les villes éligibles aux primaires de celles qui ne le sont pas. Ce n'est pas une mince affaire.... On parle de Marseille, de Paris, éventuellement de Montpellier...  Mais pourquoi pas laisser aux fédérations le choix de définir les villes en fonction des situations locales quitte à ce que Solférino fasse les arbitrages définitifs? Il reste quand même à débattre, si on fait ce choix, de définir les modalités techniques. Pour la Présidentielle, on vote pour un candidat, pour les Municipales, on vote pour une liste. Doit-on voter seulement pour la tête de liste ou pour la liste ? Doit-on organiser ces primaires avec nos alliés de gauche ou sans eux ? Quel peut-être le calendrier opportun ( avant ou après l'été 2013 ) ? Il reste au final beaucoup de questions à trancher avant de choisir un scénario.

 

Au final, au mieux, on va organiser des primaires dans quelques villes, notamment celles qui sont ancrées à gauche. Du coup, cela a-t-il vraiment un intérêt ? Il faut en discuter dans le détail. Prenons l'exemple de Montpellier. La question des primaires est posée par une partie des acteurs. La raison essentielle est l'absence de leadership local. On renvoie donc à notre électorat le choix de décider. Mais, concrètement, qu'est ce qui empêche le Parti de trancher en interne via le dispositif traditionnel de vote des investitures ?... Je ne suis pas contre des primaires à Montpellier, ceci étant dit, mais posons sereinement la question. Quels sont les mérites respectifs des différents systèmes de sélection ?

 

Enfin, parce que la question n'est pas que Montpelliéraine, n'existe pas d'autres villes où le débat des primaires peut être posé, qu'il s'agisse de Béziers, Sète ou ailleurs. On est là dans des configurations différentes avec un PS dans l'opposition mais aussi avec des rapports internes à la gauche très différents...



26/12/2012
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 175 autres membres

Design by Kulko et krek : kits graphiques