Rénovons le PS en Languedoc

Conseil fédéral de l'Hérault : the show must go on !

Mardi avait lieu le conseil fédéral de la fédération de l'Hérault. Cette réunion était d'autant plus attendue que le dernier conseil fédéral avait eu lieu début juillet 2015...

 

Pour tout dire, la salle était pleine. La raison n'était pas seulement liée à la rareté des réunions fédérales mais surtout à la présence de BFM TV. Pour comprendre la présence de la presse, il ne faut pas se contenter de lire l'ordre du jour. En effet, ce dernier n'était pas très mobilisateur pour les médias : le comité de ville de Montpellier, des questions financières et les cahiers de la présidentielle.  La vraie raison de cette présence médiatique était une motion prévue dans les questions diverses relative au projet de loi El Khomri. Bien évidemment, si les médias étaient là, c'était parce que la fédération avait fait savoir qu'il y aurait ce vote. Conséquence subsidiaire de cette couverture médiatique, la fédération avait rabattu les militants de la majorité. Une salle pleine, cela fait toujours plus sérieux...

 

Au-delà du contenu, cette réunion était encore plus intéressante en terme de contenant. Alors que nous étions habitués aux longs monologues bourgistes, ce dernier s'est mis en retrait, laissant notamment la présidence de la réunion à Renaud Calvat. De même, nouveauté politique ou effet du prozac,  nous n'avons pas connu les postures agressives que Bourgi a pu adopter dans le passé. Par contre, tout le monde a pu noter les nombreuses interventions de Christian Assaf lors du conseil fédéral, un positionnement qui en dit long sur sa volonté de peser politiquement dans la fédération après avoir raflé la mise aux régionales.

 

Pour ce qui est de l'ordre du jour, nous avons eu une présentation du plan fédéral de formation. Est ensuite venu la présentation et la validation du comité de ville qui va coordonner les dix sections de Montpellier. Bourgi a par ailleurs annoncé un travail similaire à Béziers avec un comité d'agglomération. Je suis intervenu pour savoir quand nous aurons un comité d'agglomération sur Montpellier. On m'a répondu plus tard. On reste donc sur la métropole dans une posture toujours schizophrène avec des élus municipaux de Montpellier dans l'opposition à Saurel et avec des élus métropolitains dans la majorité de Saurel. En attendant, on aura au moins un travail en commun entre sections de la ville. Sur Béziers, toujours pas de débuts de solution relative aux relations tumultueuses entre les sections de la ville.

 

Concernant les finances, ce fut bref puisque la commission de contrôle des comptes n'a pas encore validé les comptes 2014 et 2015. On n'a donc pas voté. Par contre, le trésorier a présenté les grands axes du budget 2016 et a proposé de maintenir la cotisation à 60 euros, ce qui a été acté. Nouveauté, on part sur un budget en équilibre après plusieurs années de déficit.

 

Pour ce qui est de la feuille de route de la présidentielle, Bourgi a présenté le dispositif des cahiers de la présidentielles. On passera vite si ce n'est le débat qui a eu lieu entre le peu d'intérêt pour certains pour ce dispositif et ceux qui ont estimé qu'il fallait être acteur de cette démarche. En tout état de cause, on ne sait pas trop comment cette ébauche de pré-programme s'articulera avec une éventuelle primaire au sein de la gauche. Faut-il encore, ceci étant dit, qu'il y ait primaire...

 

Enfin, on est arrivé aux questions diverses. Initialement, la motion B avait proposé un voeu condamnant le projet de loi relatif au code du travail. Finalement, ce voeu a été discuté en amont du conseil fédéral et a été présenté solidairement par les motions A, B et D. Globalement, ce voeu appelle a réécrire ce projet en discutant avec les syndicats et le Parlement. Pour être clair, c'est une contestation claire du projet du gouvernement, ce qui a quand même surpris une partie de la motion A. On a bien, compris, d'ailleurs, que cette position n'avait pas été discutée, avant le conseil fédéral, au sein de la motion majoritaire. Il faut dire qu'au sein de cette dernière, on s'y perd. Hollande et Valls sont alliés au gouvernement tout en se taclant régulièrement. En parallèle, Cambadélis joue sa propre partition et Aubry a franchi le Rubicon. J'imagine d'ailleurs ce qu'à du être le ressenti, le lendemain du conseil fédéral de la sortie d'Aubry sur l'action gouvernementale... Et on a venir faire la leçon à la motion B après ?

 

 

 



28/02/2016
29 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 156 autres membres

Design by Kulko et krek : kits graphiques