Rénovons le PS en Languedoc

Dis papa, c'est quoi le parti socialiste ?

 

L'angoisse du moment... Que mes enfants me demandent de leur expliquer ce qu'est le PS. Je pourrais leur dire, c'est une organisation politique qui a un programme. cela tomberait presque sous le sens. Mais quel programme ? Celui de la mandature Hollande, celui de la campagne Hamon ou celui des législatives ? Quand j'entends les élus du PS dans les médias, je me demande bien quel projet on va défendre. Celui des tenants de Macron ou celui de ceux qui veulent s'inscrire résolument dans le combat contre ce dernier ? Bon, finalement, l'explication par le programme, on va laisser tomber. Mais entre nous soit dit, je me demande bien quel est notre projet politique et surtout sa capacité . Parce que finalement, si les gens veulent soutenir Macron, ils vont logiquement voter pour ses candidats. Si ils veulent voter contre, ils vont voter pour la droite, pour le FN, pour le front de gauche. Mais dans les deux cas de figure, pourquoi voter PS ?

 

On va donc plutôt expliquer les choses autrement. Le PS c'est une organisation d'élus et de militants fonctionnant selon des règles démocratiques. Mais ils vont jamais me croire.... Quand je vois la situation des législatives dans l'Hérault, je me dis que cela ne doit pas un argument convaincant. Si on prend la situation de l'Hérault on peut effectivement s'interroger. Dans un premier temps, on a effectivement voté pour investir des candidats aux législatives. Mais on n'avait pas investi les suppléants sur plusieurs circonscriptions ni de candidats sur la 6e circonscription. La stratégie de la fédération était alors d'éviter de poser la question du suppléant d'Anne-Yvonne Le Dain, alors Philippe Saurel. Mais les règles sont les règles, et la fédération de l'Hérault est très à cheval sur les principes. Hussein Bourgi s'est dès lors engagé à une désignation par les militants des suppléants qui ne l'étaient pas encore. La question s'est tranchée d'elle même sur la 9e circonscription. Le député a quitté le PS et a reçu l'investiture d'En Marche. Reste à débattre des autres candidats à investir. Mais, vendredi soir, toujours pas d'annonce de conseil fédéral alors que les dépôts de candidature auront lieu dès lundi. Pour tout dire, on a un peu l'impression d'être pris pour des cons. Mais il faut prendre les choses du bon côté. On a une candidate, Anne-Yvonne Le Dain qui demandait la semaine dernière son exclusion du PS mais qui vient de faire un joli retourné acrobatique en affirmant qu'elle était investie par le PS... depuis qu'elle sait qu'elle ne l'est pas par Macron et depuis que Philippe Saurel l'a lâchée en rase campagne. Et quand elle parle de reniement en parlant de saurel, il est vrai qu'elle sait de quoi elle parle. En tout état de cause, il faut avoir l'estomac bien accroché dans un parti qui s'assoit à ce point sur ses propres principes. Mais je suis rassuré, on va nous expliqué que l'agenda du premier fédéral ne le permettait pas et on se réunira... après les dépôts de candidature. Quitte à prendre les gens pour des cons, autant aller jusqu'au bout.

 

Et comment s'étonner qu'il y ait tant de voix pour les candidats anti-système quand les partis du système sont à ce point défaillants sur les principes.... Je sens bien que ces législatives vont être un vrai chemin de croix.



11/05/2017
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 156 autres membres

Design by Kulko et krek : kits graphiques