Rénovons le PS en Languedoc

Montpellier : Saurel pose le débat qui fâche au PS

 

En conférence de presse, hier matin, Saurel annonçait sa volonté de se rapprocher du PS. A ce titre, il a  évoqué son souhait de rencontrer Cambadélis, Hussein Bourgi se faisant l'entremetteur auprès de ce dernier.

 

Une fois la bombe lâchée, le téléphone n'a eu de cesse de sonner dans le landerneau socialiste. Il faut dire que le PS est dans l'opposition municipale à Montpellier et que deux socialistes se sont déjà positionnés pour être têtes de listes PS à Montpellier en 2020, Michael Delafosse et Christian Assaf. Par ailleurs, le PS et Saurel se sont affrontés à toutes les élections depuis 2014 (sénatoriales, départementales et régionales). On comprend que, du coup, la proposition de Saurel ait de quoi surprendre dans la fédération.

 

Ceci étant dit, les clivages ne sont quand même pas si nets que cela quand on y regarde de plus près. Du côté Saurel, une partie de son entourage est plutôt favorable à ce rapprochement. C'est le cas du directeur de cabinet par exemple, un proche de Cougnenc. Une autre partie y est plutôt opposé. Au-delà des considérations politiques, on peut sûrement voir aussi dans cette volonté de rapprochement le souhait d'éviter une guéguerre entre mairie-métropole d'un côté et département et région de l'autre, comme on a pu le connaître sous Georges Frêche. Côté PS, les choses ne sont pas non plus si simples que cela. SI nous avons des opposants irréductibles à Saurel, nous avons aussi des partisans d'un rapprochement ou tout simplement des acteurs qui n'ont pas forcément, à ce jour, de positions arrêtées. Il est vrai que la question n'est pas si simple que cela pour le PS. Politiquement, le parti  n'a pas cessé de s'affaiblir, depuis sa défaite de 2014, sur la ville et la métropole. La victoire de Saurel sur le PS au 1er tour des régionales en est le dernier exemple en date. A défaut d'alliance (comme ce fut le cas aux départementales), les socialistes ne sont pas forcément en position de force face au maire de Montpellier. Institutionnellement, département et région n'ont pas, par ailleurs, à ce jour, pour objectif de faire la guerre à Saurel. Il en est de même des maires PS de l'agglomération qui vivraient mal un conflit ouvert entre leur parti et le président de la métropole qu'ils soutiennent. A contrario, une partie des sections de la ville serait plutôt dans  une logique de combat contre Saurel, comme c'est le cas d'une partie des élus d'opposition. Autant dire que le PS est loin d'être univoque.

 

Vu ce contexte, on peut remercier Saurel. Il va enfin nous permettre d'avoir enfin un débat que la fédération a soigneusement voulu éviter depuis 2014. Quelle position adopter à Montpellier et sur la métropole ? On ne doute pas que cette question sera à l'ordre du jour du prochain conseil fédéral. D'ici là, on devrait en savoir plus sur ce qu'entend Philippe Saurel par rapprochement avec le PS, ce qui permettra de mieux mesurer l'opportunité ou pas de cet éventuel accord.

 

 



06/01/2016
17 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 156 autres membres

Design by Kulko et krek : kits graphiques