Rénovons le PS en Languedoc


Vote des députés sur la loi redécoupant les régions

 

Voici le vote des députés de l'Hérault sur le vote, en 2e lecture, du projet de loi relatif à la délimitation des régions. Ce texte est la version quasi définitive de la loi, la commission mixte paritaire ayant peu de chance de remettre en cause le texte.

 

Ont voté pour :

 

Sébastien Denaja (PS), Anne Yvonne Le Dain (PS), Patrick Vignal (PS)

 

Ont voté contre :

 

Jen-Louis Roumégas (EELV), Christian Assaf (PS), Kléber Mesquida (PS), Elie Aboud (UMP).

 

Se sont abstenus :

 

Fanny Dombre Coste (PS), Frédéric Roig (PS)


25/11/2014 2 Poster un commentaire

Montpellier : Saurel rejette la contre-proposition du PS

 

Ce que l'on voyait venir est désormais acté. Dans le Midi Libre de ce jour, Saurel n'accepte pas les conditions posées par le PS. En fait, il refuse le fait que des candidats socialistes proposées par le PS soient issus de la liste PS qu'il a battu aux municipales. On ne sait pas, pour le coup, s'il acceptait ou non les autres conditions proposées. En tout état de cause, cette situation fera débat dans le parti puisqu'elle va avoir des incidences, bien évidemment, sur les rapports entre Saurel et le PS et, si on est logique, sur les relations entre le groupe PS au conseil municipal et la majorité municipale ainsi qu'au sein de l'agglomération. Enfin, le tout est de savoir qui sortira gagnant de ce qui va apparaître comme un mano à mano entre le PS et Saurel.... à supposer que ce ne soit pas une autre tendance de la gauche qui rafle la mise dans ce combat pour le leadership de la gauche à Montpellier.

 

Le PS va désormais donc présenter, avec des alliés ou non, ses candidats sur les 6 cantons de la ville. Le tout est de savoir si le PS aura des alliés. Les radicaux n'ont toujours pas de réponse du PS et la réunion EELV / PS devrait avoir lieu en fin de semaine. Ceci étant dit, on sent, que la base d'EELV n'est pas forcément favorable à un accord global avec le PS. Mais on peut éventuellement imaginer, à la rigueur, des accords locaux. En tout état de cause, il reste donc à trouver, pour la fin de la semaine, pas moins de 24 candidats socialistes ou apparentés , si on décide de présenter des candidats sur tous les cantons de la ville évidemment. A ce jour, le PS n'a pas décidé de geler de canton, donc tous les cantons sont donc susceptibles d'avoir un ticket.

 

On a déjà un premier ticket qui s'annonce sur le 2e canton. Il s'agit de Michael Delafosse et de Stéphanie Blanpied. Il ne devrait pas y avoir de ticket alternatif à l'investiture sur ce canton. En cas d'accord avec les radicaux, le titulaire homme pourrait être Thinès. En cas d'accord avec EELV le titulaire femme pourrait être EELV.

 

Sur le 5e canton, le ticket pressenti est celui qui sera mené par Jacques Martin et Françoise Bonnet. Il reste juste à savoir comment Jacques Martin vit le clivage actuel avec Saurel, lui qui souhaitait avoir le soutien du PS et de Saurel. Il n'est pas improbable que l'on ait un ticket alternatif sur le 5e canton.

 

Sur le 6e canton, on connait déjà les deux hommes susceptibles de présenter un ticket, Pierre Maurel d'un côté et Renaud Calvat de l'autre. Il reste juste à connaître les femmes qui complèteront ces tickets dans une compétition qui s'annonce indécise. Selon mes pointages, si on va jusqu'au bout du duel, Jacou votera Calvat, Montpellier 2, Clapiers et Montferrier pour Maurel. la différence devrait se faire sur le vote de la section de Castelnau.

 

Sur le 3e canton, Sylvie Buffalon, conseillère sortante de Montpellier 4, pourrait y aller. Il reste à trouver le titulaire masculin.

 

Sur le 4e canton, on attend de savoir si le conseiller général de Montpellier 6, Christophe Moralès souhaite ou non repartir et si oui, avec qui. Or, Annie Benezech, manifeste la volonté d'y aller elle-aussi. On pourrait du coup imaginer un ticket avec les deux candidats...

 

Enfin, il reste le cas du 1er canton. Le PG devrait présenter Joël Vézinhet, l'homonyme d'André. Sic ! Au PS, le premier qui semble s'être mis sur les rangs est Mafoud Benali. Une candidature qui pourrait trouver un challenger contre elle.


24/11/2014 12 Poster un commentaire

les prochaines régionales déjà en débat....

 

La loi n'est pas encore définitivement votée mais on s'oriente à grands pas vers la future région Languedoc-Roussillon / Midi-Pyrénées. D'ici les vacances de Noël, on devrait donc être définitivement fixé sur la question. Ce calendrier n'empêche pas, pour autant, que le questionnement sur les futures listes aux régionales taraude de manière intense nos responsables politiques, qu'ils soient nationaux, régionaux, ou locaux. Il faut dire que les investitures devraient avoir lieu en juin 2015, c'est à dire dans un peu plus de 6 mois.

 

La première des questions est la future tête de liste régionale. Et ce n'est pas la question la plus simple à trancher, puisque nous avons deux présidents PS sortants et plusieurs autres postulants potentiels à la fonction. Dans ce panel, nous avons déjà un candidat en moins puisque la situation de Kader Arif devrait l'exclure de la compétition. Concernant les présidents sortants, les situations sont très différentes. Alary a comme handicap d'être élu d'un département qui se pose la question de quitter la région. Ce n'est pas la situation la plus confortable pour s'imposer. L'autre président, Martin Malvy pourrait souhaiter repartir, ce qui sera possible si le PS décide de ne pas appliquer son principe de non cumul dans le temps de trois mandats exécutifs. Enfin, plusieurs autres candidats pourraient se positionner. En LR, les prétendants potentiels ne devraient pas être nombreux. On peut citer Eric Andrieu, mais aussi Ségolène Neuville, secrétaire d'Etat, et l'une des proches de Bourquin. Mais le plus gros du contingent devrait venir de Midi Pyrénées, région qui a beaucoup plus de poids politique avec Carole Delga, secrétaire d'Etat et Philippe Martin, président du conseil général du Gers et ancien ministre sans oublier Jean Glavany, ancien ministre lui aussi. Bien évidemment, en cas d'accord possible avec les radicaux, on n'oubliera pas Sylvia Pinel, actuelle ministre et Jean-Michel Baylet, la patron des radicaux et lui-même président de conseil général. On le voit, la concurrence promet d'être plus rude que pour les départementales, ce d'autant plus que tout le monde a compris que l'Etat souhaite renforcer le pouvoir des nouvelles régions avec de nouvelles compétences transférées principalement par le département.

 

Mais, au delà de la question de la tête de liste pour les régionales, certains se positionnent déjà sur les futures listes départementales. C'est particulièrement net dans l'Hérault. Plusieurs sortants souhaitent y retourner, ce d'autant plus qu'ils ont accepté de débarquer Navarro alors que la plupart d'entre eux étaient ses anciens soutiens. A ce total, il faut ajouter certains candidats qui ont choisi de faire l'impasse sur les départementales pour se positionner pour les régionales et ceux qui ont perdu aux municipales. Enfin, la génération des quadras elle-même ne désespère pas de s'imposer sur la liste. C'est dire donc qu'il y a du monde au balcon, surtout du côté des hommes. On peut citer les noms qui font échos dans les débats en ville : Bourgi, Assaf, Denaja, Lubrano, Zemmour, Pradeille, etc... Le problème, c'est que le nombre de places est limité. En 2010, Frêche avait exfiltré des Héraultais dans les départements voisins. Cela ne sera pas le cas en 2015. En cas de victoire, peu importe, il suffit d'être dans les 2 premiers tiers de la liste. La question se pose en cas de défaite puisque là, il faudra être dans les 6 premiers. Pour les hommes, cela veut dire dans les trois premiers hommes. Autant dire que les places vont être chères, sans oublier par ailleurs qu'il y a de fortes chances, cette fois ci, que le PS fasse alliance, entre les deux tours avec d'autres listes. Autant dire que les relations vont se crisper entre les différents protagonistes....


23/11/2014 1 Poster un commentaire

Recherche règlement intérieur désespérement....

 

Lors du dernier conseil fédéral, avait été annoncé le fait que les militants voteraient, le 4 décembre,  le projet de règlement intérieur de la fédération (appelé aussi "L'Arlésienne"), texte qui devait incessamment être envoyé aux militants. Ce conseil fédéral ayant eu lieu il y a plus d'un mois, nous n'avons toujours pas reçu le document ni eu de circulaire précisant les modalités d'organisation de cette consultation. Je sais, on va me dire que je fais une fixation. Mais il faut m'excuser, ce projet faisait partie de mes promesses de campagne...

 

De fait, on ne connaît pas le texte définitif et on ne sait même pas si on doit voter le 4 décembre. En effet, nous devrions avoir deux votes. Un le 3 sur la charte adoptée par le BN du PS, l'autre le 15 sur les investitures aux élections départementales. Or, est-ce que l'on votera pour le règlement intérieur le 3 ou le 15 ? Si c'est le 4, cela va commencer à être coton pour organiser des réunions de sections pour en débattre. Si c'est le 16, il serait plus que temps qu'on nous envoie le document pour que l'on puisse le discuter voire proposer un texte alternatif...

 

Une circulaire fédérale pour nous expliquer tout cela ne nous ferait pas de mal...

 

 


22/11/2014 10 Poster un commentaire

Clapiers / Jacou : le PS à couteaux tirés....

 

On ne devrait pas avoir beaucoup de duels lors de ces prochaines investitures pour les élections départementales dans le département. Sur le canton de Montpellier 6 (Montpellier / Castelnau), ce ne sera pas le cas, deux tickets se présentant à l'investiture. Dans un post précédent, on avait expliqué que Pierre Maurel semblait destiné à représenter le PS lors de ces prochaines élections. En effet, lors du redécoupage cantonal, Jacou a privilégié son rattachement au canton de Montpellier / Castelnau dont le sortant était le  conseiller général de Montpellier 2, Pierre Maurel, maire de Clapiers. Lors de ces négociations, un accord moral avait même été conclu entre le maire de Jacou, Renaud Calvat et Pierre Maurel. Le 1er devenait le suppléant du second et en milieu de mandat, Maurel se retirait pour laisser le canton à Calvat. Entre temps, Maurel a choisi de ne pas se représenter aux municipales et a laissé la mairie de Clapiers à l'un de ses adjoints, Eric Penso pour se consacrer exclusivement à son  mandat de conseiller général. On pensait donc que la question était réglée. Ce n'est pas le cas.

 

Ce schéma est depuis devenu caduc. En effet, Renaud Calvat a décidé de candidater sur le poste de titulaire. Bien évidemment, Pierre Maurel l'a assez mal vécu et se présentera lui aussi son ticket. On devrait donc avoir, la semaine prochaine, deux options présentées aux militants. Mais la question n'est pas fondamentalement celle de la concurrence entre deux tickets. C'est aussi l'impact que cela peut avoir sur la capacité de la gauche à prendre le canton face à une droite qui tient Montpellier et Montferrier. Or, une victoire du PS ne semble possible qu'à condition de faire le plein sur Clapiers et Jacou. Le climat local actuel sur le canton n'en prend pas la tournure....

 

 


22/11/2014 6 Poster un commentaire



Recommander ce blog | Contacter l'auteur | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion


Design by Kulko et krek : kits graphiques