Rénovons le PS en Languedoc


Conseil fédéral du 11 avril 2014

le 11 avril dernier, le premier conseil fédéral de l'année s'est tenu à la fédération. Prévu à 18h, il s'est achevé après 22h. Autant dire que les débats furent intenses, 4 heures durant.

 

En prologue, Hussein Bourgi retraça l'investissement de la fédération ces 6 derniers mois. Une présentation fastidieuse qui dura plus d'une heure. Il fait dire qu'il fait rarement synthétique et que cela faisait longtemps que nous n'avions pas eu droit à un conseil fédéral, le dernier datant de novembre 2013. Au delà de la présentation de l'appui matériel, financier et politique apporté aux candidats, Hussein fit le bilan de ces municipales, expliquant, chiffres à l'appui que le parti se maintenait dans le département, perdant quelques communes mais en gagnant aussi d'autres. Pour tout dire, la présentation aboutissait à dire que dans les grandes villes, le PS se maintenait. Le problème c'est que cette vision est parfois vraie, mais parfois totalement erronée (vraie pour Béziers, fausse pour Montpellier, Lunel, Sète). Tout dépend de ce que l'on compte.... Le problème, pour comparer 2008 à 2014, c'est que la configuration n'est pas forcément la même. Mais bon, passons... Enfin, il en arriva à Montpellier. Et très rapidement, il expliqua qu'en fait, on l'avait mal compris et qu'il avait milité pour des primaires ouvertes dans des stratégies de couloirs dont il a le secret.... On croyait rêver ! Bref, tout cela, c'était de la faute aux méchants parisiens qui nous avaient imposé leur vision des choses. On doit donc considérer que la fédération n'a aucune responsabilité dans tout cela. Pourquoi être sorti de la tutelle finalement ? 

 

Pour finir, il a expliqué, de manière très contorsionniste, pourquoi le conseil fédéral ne s'était réuni depuis novembre et appelé à rénover le parti, proposant notamment deux forums militants, un débat sur le règlement intérieur.... bref, des propositions de rénovation proposés lors du congrès il y a deux ans et qui renteraient en application bientôt (enfin, on l'espère)

 

Enfin, la question des futures élections européennes est évoquée, avec un calendrier de manifestations.

 

Dans l'assistance, deux heures durant, la salle a pu s'exprimer. Le plus gros du morceau a porté sur Montpellier, ce qui a plutôt gonflé les non montpellierains pour tout dire... En gros, pour schématiser rapidement, on a vu s'opposer deux lignes, celle des partisans de Delafosse, celle des partisans de Moure. Les premiers en sont revenus aux conditions de déroulement des primaires, ont tapé sur l'organisation de la campagne, les décisions prises notamment durant l'entre-deux-tours. Les seconds ont défendu Moure et on a notamment assisté à un débat sur la nature du vote Saurel. Bref, un débat pendant lequel on a pu voir la tendance pro-Delafosse se positionner pour prendre le leadership local face aux partisans de Moure.

 

Le débat fut dense et je ne saurais tout rapporter. Lacombrade est intervenu, au nom de Militer Autrement, pour rappeler que l'on a pas attendu la défaite pour parler de rénovation et que c'était assez frappant de voir combien aujourd'hui tout le monde souhaitait ardemment cette dernière. Pour la part, j'ai trouvé dommage qu'il faille des défaites pour qu'on applique l'un de nos principes, le non cumul. J'ai par ailleurs évoqué l'absence de la fédé pour réguler les conflits locaux que nous avons pu avoir, conflits qui ont chaque fois donné lieu à des défaites, à une exception près (St Mathieu). Ailleurs, ce fut la Bérézina (Pézenas, Marseillan, Agde, Lunel, Clermont, etc...). Enfin, j'ai demandé quelle était la situation d'Antonmattei à Agde. Hussein m'a répondu qu'elle avait démissionné du parti fin 2013. L'une des dernières interventions, la plus construite, fut celle de JM Duplaa qui, notamment, mis les pieds dans le plat en évoquant les prochaines élections départementales et en rappelant que Valls ayant rétabli le seuil de 12,5 des inscrits, l'émiettement de la gauche allait l'éliminer au premier tour. cette réalité, cumulé au redécoupage des cantons, entraîne un risque, celui de la perte du département en 2015. Cette situation est d'autant plus complexe que Montpellier connaît une gauche très divisée.

 

Bref, un conseil essentiellement consacré aux élections. Il reste désormais à traiter, lors du prochain conseil toutes les autres affaires en instance.

 

 


23/04/2014 5 Poster un commentaire

le nouvel exécutif de l'agglomération de Montpellier

 

On connait depuis hier soir le nouvel exécutif de l'agglomération de Montpellier. Comme la loi RCT de 2010 l'avait instauré, le nombre de vice-présidents ne peut plus désormais dépasser 15 élus. C'est donc ce total qui a été retenu.

 

La grande question était de savoir quelle allait être le choix de Saurel en termes d'équilibres politiques. Pour ce qui est des rapports entre Montpellier et les autres communes, le ratio choisi a été de 5 montpelliérains pour 10 élus de la périphérie.

 

En termes partisans, le nouvel exécutif laisse une part congrue aux partis politiques. Les élus encartés se comptent sur une main. Un PS seulement, P. Bonal au Crès, un PG, Revol, une UMP, Isabelle Guiraud, la maire de Saint Jean de Védas, une UDI, Isabelle Gianiel à Pérols. Par contre, beaucoup de sans étiquettes, soit DVD, comme Catherine Dardé à Castelnau et jean-Luc Meissonnier à Baillargues ou Chantal Marion à Montpellier mais surtout DVG comme Jaoul à St Brès, Meunier à Lattes, Touzard , maire de Murviel, Segura à Villeneuve, et les 4 autres conseillers de Montpellier, Lévita, Jannin, Travier, Youssous.

 

Le message est clair. on reste dans un équilibre politique plutôt centre gauche mais en ouvrant sur la gauche (Revol pour le PG et Touzard pour ce qui est de la tendance écolo), mais aussi sur la droite (le cas le plus typique étant les deux pro-Grand, Dardé et Meissonnier). La priorité est aussi de choisir des profils de parcours proches de celui de Saurel, soit Vallsien (Bonal) soit des figures politiques hors partis (Ségura, Meunier, Jaoul..).

 

En tout état de cause, les élus hors partis anciennement partisans de Moure sont rentrés dans le rang et on opté pour la participation au nouveau pouvoir. Le PS, par contre, est lui mis à l'amende, puisque seul Bonal sauve sa place et que les principaux élus PS de l'agglo n'en seront pas (Pastor, Calvat et Pinso). Il reste maintenant à savoir quelle sera la stratégie adoptée par les élus PS. C'est là que les choses deviennent compliquées. Attaquer sur la présence d'élus de droite, c'est pas évident puisque certains de ces élus étaient déjà VP de la majorité PS sortante. C'est le cas de Meissonnier. Constituer un groupe PS autonome de la majorité, ce ne sera pas forcément simple, puisque Bonal devrait ne pas y participer et que plusieurs maires PS ont besoin de l'agglo... 

 

Bien évidemment, la majorité précédente aurait crée des groupes politiques, la question se serait posé différemment. Personne ne porta ce projet. Le PS en paie aujourd'hui le prix....


23/04/2014 2 Poster un commentaire

Le PS face à la la question Saurel

 

Depuis le 30 mars, le PS a perdu son vaisseau amiral, Montpellier et sa communauté d'agglomération. Autant dire que le PS montpelliérain est KO debout face à l'ampleur de la déroute.

 

On ne va pas revenir sur les raisons de cette défaite. Mais une des clefs repose dans l'incompréhension de la stratégie de Saurel. L'exemple le plus parlant est la question des négociations le lundi suivant le 1er tour. Alors que l'on débat encore dans le parti du fait qu'il fallait faire l'accord, on oublie juste un fait fondamental : Saurel n'en voulait pas et avait décidé, dès le 1er tour, de finir seul. Les négociations, au final, ont donc débuté sur un schéma paradoxal. Trois têtes de listes jouaient à la belote, mais le 4e jouait au poker... Et il a remporté la mise...

 

Il est évident que la suite dépendra de la capacité du PS  à appréhender la stratégie de Philippe Saurel et à y apporter une réponse. Le problème est que pour l'instant, le parti en est encore à tenter de décrypter le nouveau schéma de jeu imposé par Saurel. Dès lors, les initiatives partent un peu dans tous les sens. Certains sont pour l'opposition au conseil municipal, certains tentent de négocier une alliance, sans être pour autant sur de pouvoir réintégrer le pouvoir municipal. Autre exemple, celui de l'agglomération. Certains voulaient créer un groupe politique, mais Saurel a de suite mis la pression : si un parti crée son propre groupe politique, il créera le sien. Et bien entendu, pour être vice-président, il faudra faire partie du groupe.... Or, Domergue veut créer un groupe UMP. Autant dire que le PS n'a pas encore tranché cette question, sachant que, d'ores et déjà, plusieurs élus ont déjà annoncé ne pas vouloir créer un groupe autonome...

 

Mais la question des rapports entre Philippe Saurel et le PS n'est pas qu'une question montpelliéraine. C'est dans les mains de Saurel que reposent les élections à venir et la situation du PS héraultais.  En effet, les grands électeurs de la majorité municipale de Montpellier vont être une variable importante lors des prochaines sénatoriales. De même, le devenir de la majorité départementale au conseil général risque fort de se jouer sur les 7 cantons de la ville. Or, plus il y a aura de listes à gauche, moins cette dernière, avec un seuil des inscrits à 12,5%, aura de chance de se qualifier pour le 2e tour. Enfin, il ne faudra pas oublier les régionales puisque là aussi nos victoires de 2004 et 2010 n'ont été possibles qu'avec l'apport de l'électorat montpelliérain.

 

l'impact de la victoire de Saurel n'en a pas fini de hanter les nuits de nos responsables....


20/04/2014 20 Poster un commentaire

Conférence de Militer Autrement

 

Mardi 22 Avril à 19h, au théâtre Pierre Tabard,

17 rue Ferdinand Fabre, 34090 Montpellier

 

Quel militantisme inventer pour une Gauche du XXI° siècle ?

Conférence-débat organisée par Militer Autrement

avec Claude Neuschwander

 

A l’heure d’Internet et des réseaux sociaux, le militantisme hérité des XIXème-XXème siècles semble avoir de plus en plus de difficultés à susciter de la mobilisation « politique ». La Conférence-débat organisée par Militer Autrement donnera l’occasion à Claude Neuschwander de mettre en débat ses propositions pour rénover et adapter les formes de militantisme de la gauche aux attentes nouvelles de la société en matière d’engagement politique, syndical et citoyen.

 

Diplômé de l’Ecole centrale en 1959, dirigeant de l’usine horlogère LIP entre 1974 et 1976, Claude Neuschwander s’est précocement engagé dans la vie politique et syndicale. Membre de l’UNEF et de la CFDT dans les années 1960, il rejoint le PSU puis le PS au lendemain de son renvoi de LIP en 1976. Il rédige actuellement un ouvrage prospectif sur les nouvelles formes du militantisme.

A l’issue des échanges, nous partagerons, à la façon de Militer Autrement, le pot de l’amitié

Venez nombreux et pensez à relayer l’information autour de vous…


13/04/2014 5 Poster un commentaire

Cens inédit !

 

Cens inédit !

Les résultats des élections municipales ont dépassé les pronostics les plus pessimistes se référant au syndrome de l’élection intermédiaire, toujours défavorable au parti au gouvernement. L’écart entre les sondages et le résultat démontre avec force que nos électeurs s’éloignaient de nos candidats plus le scrutin s’approchait, les cas de Marseille ou Toulouse illustrent parfaitement ce cens inédit, qui ferait passer les élections municipales de 1983 comme une « bonne fournée ».

Dans l’entre-deux-tours, le Canard enchainé a résumé la situation en titrant sur la « pâtée impériale ». Depuis les causes de la défaite sont reconnues, elles sont nationales (élections intermédiaires, un Gouvernement inaudible, une action législative balbutiante), les victimes, elles sont locales de nombreux élus enracinés dans leur territoire, « soutenus » par les militants et la Fédération.

Comment sommes-nous passés d’une défaite attendue à une déroute ? Faut-il rechercher des causes locales à un phénomène national ?

Certains de nos responsables fédéraux, dès le soir du 1er tour, n’ont pas hésité en appuyant en public sur le manque de renouvellement parmi nos candidats et en privé sur les divisions claniques du Parti et l’action de notre ancien Premier Fédéral, pour dégommer et préparer ses sénatoriales.

 

Au-delà de ces justes observations, pouvons-nous aller un peu plus loin dans le débat concernant la Fédération dont nous avons quitté la Direction exécutive en octobre dernier ? 
Depuis que constatons-nous :

1/ l’absence de Conseil fédéral de mise en perspective des enjeux politiques et de préparation des élections municipales en bref d’une Fédération au travail.

2/ l’absence d’une régulation dans de nombreuses communes où la désignation des candidats fut tendue et Montpellier en est l’exemple le plus illustratif en bref d’une Fédération au-dessus des parties.

3/ l’omnipotence des « grands élus » et autres parlementaires dans la prise de décision en conclave sans exposition des faits en bref une Fédération soumise à la somme d’intérêts particuliers.

4/ l’absence d’un Conseil fédéral d’entre-deux-tours sur les problèmes d’alliance et/ou de maintien pour le deuxième tour en bref d’une Fédération qui sort du tropisme communal, de la notabilisation des territoires ou d’une Fédération paralysée par le naufrage montpelliérain.

Le Conseil fédéral de bilan municipal sera sans aucun doute le moment d’une grande catharsis, durant laquelle il faudra rendre la parole aux militants et dénoncer le social-libéralisme.

Des branlées, nous avons déjà reçues, les recettes nous les connaissons changer les têtes à la Direction et convoquer des Etats Généraux. Si nous en restons à ses réponses classiques qu’allons nous faire après les élections européennes de juin et les élections sénatoriales de septembre ?

S’il faut prendre nos responsabilités pour mettre enfin la Fédération au travail, maintenant et autrement, nous les prendrons.

 

Judith Capelier, Olivier Dedieu, Patricia Delafoy, Laurent Maitre, Fabien Nicolas, Helène Qvisgaard, Joerl Recasens


11/04/2014 17 Poster un commentaire



Recommander ce blog | Contacter l'auteur | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion


Design by Kulko et krek : kits graphiques