Rénovons le PS en Languedoc


Conférence-débat de Militer Autrement avec Liêm Hoang-Ngoc,et Patrick Vignal

 

Lundi 8 février aura lieu, à St-Just,  la prochaine conférence-débat de Militer Autrement, à 19H, salle Bernadette Lafont (près des écoles, 40, rue des primevères).

Longtemps considérée comme "l’élection reine" de la Vème République, l’élection présidentielle devient peu à peu, par la logique des élections intermédiaires, l’élection qui fait perdre.
Depuis 2012, la gauche a perdu toutes les élections municipales, européennes, départementales et régionales où elle disparait même du paysage politique de deux grandes régions.
Sous les gouvernements de droite libérale, les collectivités territoriales dirigées majoritairement par la gauche jouaient le rôle de « bouclier social », aujourd’hui le contexte change : réforme territoriale, baisse des dotations et mutation du système politique d’une bipolarité à une tripolarité, la gauche paraît en quête de sens (départs du PS, démissions du Gouvernement, forte hétérogénéité dans la gauche radicale et parmi les écologistes).
Quels objectifs en 2017 pour la gauche ? La victoire à tout prix ? La quête de sens pour en finir avec les débats entre vrai et faux ? La mise en place d’une organisation pérenne permettant d’exister à coup sûr dans la tripolarité actuelle ?
 

Pour faire face à ces questionnements Militer Autrement interroge deux acteurs engagés à gauche :  Liêm Hoang-Ngoc, économiste, conseiller régional LRMP, fondateur de la Nouvelle Gauche Socialiste et Patrick Vignal, député de l'Hérault.

Evénement Facebook ici : https://www.facebook.com/events/1670097976540201/

 


01/02/2016
0 Poster un commentaire

Brèves du bureau fédéral

Le BF s'est réunit jeudi dernier. Voici rapidement, quelques éléments de la réunion.

 

Cela y est... Arrivé au tiers du mandat, la fédération commencé à s'animer. Hussein a ainsi annoncé que le prochain conseil fédéral serait le 23 février. L'année n'est pas précisée mais on imagine que ce sera 2016 ! Le BFA se réunit aussi cette semaine et devrait être constituées dans la foulée les commissions des conflits et de contrôle financier. Pour le BFA, le président sera Jean-Louis Gely, pour la commission des conflits Geneviève Tapié, les deux présidents sortants. Pour la CCF, après le départ de Laurent Pradeille, ce devrait être Guy Cabanas (ex secrétaire de la section de Castries). Une demande a été par ailleurs formulée pour avoir, enfin, la liste des délégations des secrétaires fédéraux.

 

A été par ailleurs évoquée la volonté de rencontrer les syndicats et de lancer un débat sur la montée du FN (il ne serait que temps...).

 

A été débattue, par ailleurs, la création du comité de ville de Montpellier et aussi de celui de Béziers. La composition sera évoquée au prochain conseil fédéral. L'idée d'un groupe PS à la métropole, par contre, n'a pas, pour l'instant, été retenue 'on s'en serait d'ailleurs douté).

 

Pour le reste, rien de bien net sur la position du PS par rapport à la proposition de Saurel, une majorité de parlementaires devrait voter la réforme constitutionnelle et enfin la fédération évoque déjà les prochaines législatives de juin 2017, Bourgi souhaitant la reconduction des sortants (sauf Kléber qui ne se représente pas, loi sur le cumul oblige).

 

 


31/01/2016
4 Poster un commentaire

La semaine du réveil du PS héraultais

 

Il y aura un groupe socialiste lors du conseil municipal de ce soir à Montpellier. Ce n'était pas acquis il y a encore quelques jours. La modification du règlement intérieur et les petits conflits locaux internes au PS posaient la question de l'existence de ce groupe. Entre l'étiolement des soutiens du PS, la nécessité de régler les petits conflits de leadership et de trouver suffisamment de membres pour constituer un groupe, le problème n'avait rien de virtuel. Or, le PS a un groupe au conseil municipal depuis plus d'un siècle. On mesure l'enjeu s'il disparaissait. La semaine dernière, une réunion des cadres montpelliérains a vu la question abordée. Mais ni Delafosse ni Vignal n'étaient présents. Le 1er fédéral, comme à l'accoutumée, était aux abonnés absents sur la question. Finalement, face à la demande d'une partie des participants, une réunion a été programmée en début de semaine pour trancher la question. Bien évidemment, tout membre du PS devant adhérer au groupe du PS, il semblait évident que la chose la plus simple à faire était de lire les statuts et de les appliquer. Il faut croire que c'était trop compliqué. Il est vrai que la fédération applique les statuts... mais que quand cela sert son intérêt. C'est donc finalement la régulation de Kléber Mesquida, proche de Vignal et président du conseil départemental avec Delafosse qui a mis tout le monde d'accord. Vignal garde la présidence du groupe et Delafosse lui succèdera.

 

Ce problème réglé, la semaine est loin d'être finie. En effet, c'est ce matin que le bureau fédéral se réunit. Dans l'Hérault, le BF réunit, pour mémoire, des adhérents désignés au prorata des motions et les parlementaires. Bien évidemment, on va reparler de Montpellier puisque Bourgi veut instaurer rapidement un comité de ville dont on connaît, de fait, le futur président, un consensus se dégageant autour de Jean-Louis Gely. Par contre, on devrait avoir un débat, comme la semaine dernière, sur la composition du comité qui va regrouper les 10 sections de la ville. Entre la représentativité des différentes sections et la représentation des courants, la question risque de faire débat. Enfin, ce serait bien étonnant que l'on ne parle pas de la question des accords potentiels entre le PS et Saurel. Un point qui risque de montrer les clivages importants sur la question (voir notre post sur le sujet). Comme pour la question de l'accord des départementales, Bourgi va solliciter l'avis du BF et se retrancher derrière. Le tout est de savoir quelle sera l'option choisie. Enfin, on imagine qu'il va y avoir aussi débat sur l'actualité politique et sur le prochain conseil fédéral. On en saura un peu plus sur la date de ce dernier et surtout son contenu. Or, il sera quand même temps que ce conseil installe définitivement les instances fédérales, plus de 7 mois après l'élection... A ce sujet, on a des rumeurs insistantes sur la future présidence de la commission de contrôle des comptes, un organe important dans le contexte budgétaire difficile de la fédération. Selon ses rumeurs, qui restent à confirmer, c'est un proche d'Hussein qui devrait contrôler la gestion de ce dernier et du trésorier, un autre proche d'Hussein. Entre amis, c'est toujours plus simple...


28/01/2016
3 Poster un commentaire

Déchéance de nationalité : les socialistes lancent le débat dans l'Hérault...

 

Les voeux s'achevant, on rentre de plein pied dans la nouvelle année 2016. Les débats politiques reprennent et par quoi débuter si ce n'est pas réforme constitutionnelle et notamment la question de la déchéance de nationalité.

 

Quelques fédérations ont déjà pris à bras la question et des conseils fédéraux se sont déjà prononcés sur ce débat. Ce n'est pas le cas dans l'Hérault, département pour lequel nous ne connaissons toujours pas la date du prochain conseil fédéral. Le prochain bureau fédéral étant prévu le 28 janvier, le conseil fédéral ne devrait pas avoir lieu avant.

 

En attendant, localement, les initiatives commencent à émerger dans l'Hérault. Le premier a sortir du bois a été le député Patrick Vignal qui a souhaité consulter les élus et militants de sa circonscription. Finalement, il a même demandé à Bourgi une consultation de l'ensemble des militants de la fédération. Nous avons tous reçu un mail à ce sens de la fédération, proposant à ce qui souhaitaient donner leur position de leur faire à l'adresse suivante : consultationmilitanteps34@gmail.com.

 

Parallèlement, des militants de la motion B ont lancé un appel au vote contre donc voici la teneur :

 

Lettre ouverte de militants socialistes et de gauche aux députés et sénateurs socialistes de l’Hérault *

Au nom des valeurs fondamentales de la gauche,

votez contre la déchéance de nationalité !

 

 

Chers camarades, 

Il existe entre nous des désaccords, c’est la vie politique de notre parti.

Mais il y a des lignes rouges.

Proposer une révision de la Constitution, pour y introduire une proposition anti républicaine, qui vient au départ du FN que l’on prétend combattre, et qui s’oppose aux traités internationaux de défenses des droits humains, c’est une ligne rouge.

 

Nous vous appelons à refuser de voter une telle et à l’affirmer dès maintenant.

 

La déchéance de nationalité ne sera d’aucune utilité contre le terrorisme.

 

Cette mesure serait vécue comme un signe en direction des français binationaux pour leur dire : « vous êtes des citoyens de seconde zone ». Il a même été question de l’étendre à l’intégralité des citoyens français. Ces discussions renforceront l’extrême droite, le communautarisme et diviseront encore la Gauche.

  

S’attaquer à de tels droits est dangereux. Ce n’est pas simplement une politique différente des idées socialistes, cela en est l’exact contraire.

 

Députés, Sénateurs, nous vous mettons donc en garde contre ce basculement, qui est à l’opposé de nos valeurs, et vous invitons à dire clairement, sans d’éventuelles ambiguïtés qui permettraient au final quand même un tel vote : non à la déchéance de nationalité !

 

Pour signer cet appel, on peut le faire à l'adresse suivante : socialistescontreladecheance@gmail.com

 

 

En attendant, voici la position, sauf erreur de ma part, des parlementaires de l'Hérault sur le projet de loi tel qu'il est aujourd'hui :

 

Contre :Cabanel, Denaja, Mesquida

Pour : Le Dain, Roig

Pas encore positionnés: Dombre Coste, Vignal, Assaf

 

 

 


18/01/2016
8 Poster un commentaire

Fusion régionale : vers la future organisation régionale

 

Lundi 18 aura lieu, à Toulouse, la première session de la région depuis l'élection de Carole Delga. Cette dernière est désormais entourée de son équipe dirigeante avec un nouveau directeur de cabinet, Loïc Blondiau, et un nouveau DGS, Simon Munch qui occupait le même poste en région Pays de Loire.

 

La région va donc pouvoir commencer à travailler et mettre en place son mode de gouvernance puis attaquer le grand chantier de la fusion régionale. Pour ce qui est de la gouvernance, Delga a finalement décidé de ne pas augmenter les indemnités régionales. Symboliquement, une mesure bienvenue. Politiquement, cependant, il est dommage de ne pas l'avoir annoncé dès son élection plutôt que de le faire après plusieurs présidents de droite.  Au menu du 18 janvier, on devrait avoir une nouvelle salve de nominations, notamment dans les différents satellites régionaux (Montpellier Events, Sud de France, LR aménagement, etc..).

 

Enfin, le 18, c'est aussi le point de départ de la mise en oeuvre concrète de la fusion régionale. Unes question essentielle parce qu'on aimerait bien y voir plus clair, question essentielle même pour les usagers, partenaires et agents de la région. L'arrive du nouveau DGS va permettre den connaître la ligne choisie. Ceci étant, il ne faut pas se faire d'illusion. Cette fusion va prendre du temps. Elle se fera donc pas étapes. Il va falloir aborder la question du régime indemnitaire mais cela risque fort de se passer relativement bien,avec un alignement par le haut, c'est à dire vers celui de Midi Pyrénées. Il va falloir aussi réfléchir à l'organisation territoriale de la région et l'affectation géographique des agents. Là dessus, la majorité des agents, ce sont les TOS dans les lycées. Ils ne devraient pas connaître d'évolution de leur situation. Il peut en être autrement des autres services de la région. En effet, Montpellier gardera l'essentiel de ces agents régionaux mais certains cadres vont peut-être devoir se repositionner ou partir à Toulouse. Mais on peut aussi imaginer que la région décide de se rapprocher des usagers et territorialise une partie de ces services. C'est ce qu'avait déjà fait Midi Pyrénées pour la formation professionnelle, c'est ce qu'annonce le présidence de la région Alsace-Lorraine-Champagne Ardennes. Enfin, il va falloir définir des référentiels communs aux deux anciens conseils régionaux. Cette question essentielle ne va pas être la plus simple à gérer. En effet, les cadres de LR vivent un peu la fusion comme une OPA agressive de leurs homologues de Midi Pyrénées. Il est vrai que les ces derniers ont depuis longtemps travaillé cette question de la fusion quand Cougnenc faisait le black out en Languedoc-Roussillon. Il est vrai aussi que les cadres de Midi Pyrénées ont assez vite compris que le leadership politique était au point mort en Languedoc Roussillon. Face à cette réalité, le choix d'un DGS extérieur aux deux anciennes régions n'est pas forcément une mauvaise idée pour dépasser ces clivages. Mais au-delà, la vraie difficulté , ce sera  surtout la fusion entre deux collectivités aux cultures de gestion aussi différentes que Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées. La première était très marquée par un mode de gestion très descendant, un schéma caractérisé par de nombreuses organisations satellites et beaucoup d'opérations gérées en direct par la collectivité. Pour dire les choses simplement, Midi Pyrénées est  l'antithèse de ce modèle. On mesure l'ampleur du chantier....


16/01/2016
3 Poster un commentaire



Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Espace de gestion


Design by Kulko et krek : kits graphiques