Rénovons le PS en Languedoc

Saurélisme et socialisme, le jeu de cache-cache continue !

 

Le Premier Ministre est venu inaugurer la 4e ligne de tramway de Montpellier. Cette présence faisait suite à l'invitation du maire de Montpellier. On aura noté, ceci étant dit, que les rangs des élus socialistes étaient clairsemés autour du couple Saurel / Valls. A l'exception de Carole Delga, c'était plutôt désert. Encore une fois, on ne sera pas surpris d'une situation parfois (et même souvent) crispée entre le PS et Saurel. 

 

Valls incarne, au sein du PS, une ligne qui accepte de discuter avec Saurel. Il faut dire que le Premier Ministre cherche à sauver la mise pour des présidentielles qui s'annoncent très compliqués pour le PS. Pour les primaires, il vient chercher le soutien de Philippe Saurel pour une candidature Hollande, voire la sienne si ce dernier n'y va pas. Sur cette ligne, on trouve aussi la députée Anne Yvonne le Dain qui annonce sa volonté d'obtenir l'investiture PS avec comme suppléant le maire de Montpellier. Plus globalement, on trouve sur cette ligne un certain nombre d'élus qui aimeraient que cela ne dégénèrera pas entre Saurel et le PS, au risque d'y laisser des plumes électoralement.

 

Plus complexe est le positionnement des socialistes qui discutent avec Saurel sans l'assumer publiquement. On trouve dans cette catégorie en premier lieu le premier fédéral de l'Hérault. Visiteur assidu de la mairie, Bourgi, rencontre fréquemment l'équipe de Saurel. Pour négocier ? Pour dire du bien de ses camarades ? les paris sont ouverts... A la décharge de Bourgi, il n'est pas le seul dans cette situation, mais je n'ai pas tous les noms !

 

La 3e position, c'est celle des opposants déclarés. On y retrouve les postulants à la mairie (Delafosse, Assaf) mais aussi le président du département.

 

Enfin, on note aussi une 4e posture, celle de ceux qui n'ont pas encore d'avis tranché sur la question.

 

Si cela continue, on aura autant de lignes que de militants. Mais ce qui est évident, c'est que sur la question Saurel, le PS n'a pas de ligne. Ce constat n'est pas nouveau. On en a déjà parlé maintes fois. Mais la fédération a tout fait pour éviter, à ce jour, un  débat sur la question. Mais nous sommes à moins d'un an de la présidentielle et il sera peut-être temps que le PS tranche... De toute façon, il ne faut pas se faire d'illusions. Quelque soit le choix du PS, il y aura des victimes collatérales.

 

La première option, c'est le ralliement. Si on a besoin de Saurel à la présidentielle, de son soutien aux législatives, et si le PS n'est pas en capacité de trouver une alternative électorale capable de gagner la ville, alors autant se rallier au panache saurélien. Ce scénario suppose de laisser la main à Saurel mais aussi que ce dernier fasse une proposition crédible d'accord.

 

La seconde option, c'est partir sur une logique de conflit ouvert. Trois ans, ce ne sera pas de trop pour préparer l'éventuelle conquête de  la mairie en 2020. D'où l'intérêt de poser la question dès maintenant. Ceci étant, ce choix amènera le PS à laisser quelques plumes en 2017 lors des élections législatives.

 

En attendant, le pire des scénario serait de ne pas faire de choix. Mais je n'ai pas trop d'illusion, c'est une option qui risque fort d'être celle que choisira la fédération...



04/07/2016
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 154 autres membres

Design by Kulko et krek : kits graphiques