Rénovons le PS en Languedoc

Primaires : départ laborieux et exercice à haut risque pour le PS

 

Dans un peu moins de deux semaines aura lieu le 1er tour des primaires socialistes. On ne sent pas, pour tout dire, un engouement massif pour le dispositif. Il faut dire qu'on n'a pas été bon dans le choix du calendrier. A l'époque, c'est Hollande qui l'avait souhaité pour ne pas partir trop tôt en campagne alors qu'il est président en exercice. Résultat, Hollande n'y va pas... et on doit gérer un calendrier électoral de merde. Un vote fin janvier, cela signifie une campagne très courte, les vacances de Noël étant peu propices à la campagne électorale. De fait, le parti est à l'arrache dans l'organisation, et on a toujours pas l'ensemble des lieux de vote sur le site des primaires. 

 

Une campagne aussi courte peu être un risque en terme de participation. De fait, les sondages récents montrent une vraie méconnaissance du dispositif dans une part significative de la population. Quand on voit l'évolution du niveau de dépolitisation des Français, on peut être inquiet. Ceci étant dit, le niveau de participation ne sera pas lié qu'à cela. En 2011, le climat politique défavorable à la droite a favorisé la participation. En 2017, on n'aura pas cette chance. S'afficher de gauche en allant voter aux primaires ne suscitera peut-être pas le même engouement. D'ailleurs, la direction du PS annonce un étiage plus bas que 2011. On verra bien. Quelques éléments peuvent susciter une participation plus significative : le nombre élevé de participants à droite peut générer un réflexe à gauche. De même, le fait que la nuit tombe tôt peut favoriser le vote des plus craintifs (lol). En même temps, quand on regarde le dernier sondage des Echos, pourquoi se mobiliser pour choisir le candidat donné 5e au premier tour ? 

 

En tout état de cause, le PS joue sa crédibilité politique dans 15 jours et cette dernière dépendra beaucoup de la qualité des débats télévisés entre les candidats dès les jours à venir. Peu importe finalement le candidat qui va gagner. Aucun n'est donné à ce jour gagnant. Mais si la campagne de la primaire permet d'inverser la tendance, se qualifier pour le 2e tour devient pensable, voire possible. Si ce n'est pas le cas, le PS va subir une situation plus compliquée. Derrière Mélenchon et Macron, ce sera difficile d'appeler au vote utile... 

 

 

 



06/01/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 154 autres membres

Design by Kulko et krek : kits graphiques