Rénovons le PS en Languedoc

Législatives : derniers ajustements avant le vote d'investiture

 

Les candidats socialistes à l'investiture socialiste sont désormais connus et seront élus le 8 décembre puisque nous n'aurons aucun duel. Si cette campagne va être très calme, nous ne sommes pas à l'abri, cependant, de quelques soubresauts dans la fédération. 

 

Sur la 9e circonscription, le député sortant, Patrick Vignal, sollicite le renouvellement de son mandat. A cette fin, il a d'ores et déjà fait un bilan de mandat devant la section de Lunel. Ce fut, pour lui, l'occasion de clarifier son positionnement vis-à-vis d'Emmanuel Macron. Si Patrick Vignal a invité Macron dans sa circonscription dans le passé, ce fut à l'époque où ce dernier était ministre de Manuel Valls. Depuis que l'ancien membre du gouvernement a choisi de lancer sa propre stratégie politique, Vignal a choisi de couper les ponts et l'a clairement affirmé devant les militants. Dès lors, les menaces du 1er fédéral de ne pas donner l'investiture à ceux qui soutiendront un autre candidat que celui du PS vont rester lettre morte. Il aurait peut-être été opportun que Bourgi, avant de tenir ces propos, prenne langue avec le député. Cela aurait évité des pseudo polémiques inutiles.

 

Plus complexe est la situation sur la 6e circonscription. En effet, une seule candidate s'est déclarée. Or, cette dernière, directrice adjointe de pole au département de l'Hérault, ne peut être candidate. En effet, le code électoral est très clair sur son inéligibilité : 

 

 

Article LO 132 du code électoral : (...)
 

II.-Sont inéligibles en France dans toute circonscription comprise en tout ou partie dans le ressort dans lequel ils exercent ou ont exercé leurs fonctions depuis moins d'un an à la date du scrutin les titulaires des fonctions suivantes :

(...)

 

20° Les directeurs généraux, directeurs généraux adjoints, directeurs, directeurs adjoints et chefs de service du conseil régional, de la collectivité territoriale de Corse, du conseil départemental, des communes de plus de 20 000 habitants, des communautés de communes de plus de 20 000 habitants, des communautés d'agglomération, des communautés urbaines et des métropoles ;

 

L'ironie de l'histoire, c'est que c'est une loi votée par la majorité socialiste qui rend notre candidate inéligible. La circulaire nationale, dans cette situation, est très claire. Elle nous dit que l'on ne peut être candidat que si on est éligible. On aurait donc du surseoir au vote. Mais non, c'était trop simple. Hussein Bourgi, interpellé par un secrétaire de section de Béziers, a décidé de maintenir le vote, tapant en touche. On ne sait pas trop pourquoi puisqu'elle ne pourra être candidate en juin 2017. Bien évidemment, ce choix fait débat dans les sections de Béziers. Est-ce que cette candidature a été acceptée parce que le 1er fédéral n'a pas vu le problème ? Est-ce qu'il l'a fait parce que il n'a pas anticipé la question et donc trouvé de candidate ? Enfin, est-ce que le PS présentera une candidate sur Béziers ? Bref, beaucoup de questions posées, mais à ce jour aucune réponse. IL est bien évident, ceci étant dit, que si le PS ne présentait pas de candidat sur la circonscription de Béziers, cela ferait vraiment tâche... 



27/11/2016
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 154 autres membres

Design by Kulko et krek : kits graphiques