Rénovons le PS en Languedoc

Hollande : la fin du Mitterrandisme annoncée ?

Le succès du Mitterrandisme fut sa capacité à faire du PS la première force politique de la gauche. Sous la IVe République, le PCF avait damé le pion à la SFIO, cette dernière se trouvant reléguée loin derrière un parti qui fut la première force politique du pays. Le nouveau parti socialiste allait inverser ce rapport de force électoral de manière durable.  De fait, le reste de la gauche allait devoir s'inscrire dans un schéma de coalition électorale piloté par le PS.

 

Les derniers sondages (voir notamment celui de BVA : http://www.bva.fr/fr/sondages/intentions_de_vote_a_10_mois_de_l_election_presidentielle.html) laissent entrevoir le risque d'une nouvelle phase politique. Concrètement, on peut en tirer deux résultats fondamentaux pour la gauche. Le premier est que, quelque soit la configuration testée, la gauche n'est pas au 2e tour. Le second est le rééquilibrage au sein de la gauche au bénéfice de la gauche du PS. Globalement, alors qu'en 2012 Hollande mettait 17 points de la vue à Mélenchon, les deux candidats font aujourd'hui jeu égal... quand Mélenchon ne dépasse pas Hollande. Même avec une dispersion des candidatures à la gauche du PS (troskystes, EELV), Mélenchon tient la corde.

 

Certes, ces scores sont hypothétiques. Nous sommes à 10 mois de la présidentielle et rien ne dit par ailleurs que d'autres candidatures à gauche vont émerger. Pour tout dire, c'est un peu l'espoir de Hollande. Ceci étant dit, cela ne règle pas vraiment les problèmes. D'une part, reste entière la question de la présence (ou plutôt de l'absence) de la gauche au 2e tour. D'autre part, on sent, à la gauche du PS un vote "utile" pour Mélenchon. Cet état de l'opinion ne peut qu'inquiéter. Il faudrait vraiment des résultats très significatifs de l'action gouvernementale pour inverser la courbe. Par ailleurs, on peut se dire que les négociations pour les législatives vont être aussi compliquées que pour la présidentielle. Quand on connaît l'état d'esprit à la gauche du PS, on peut se dire que cela va être tendu. Même la base du PC a amené la direction de ce parti à revoir sa position sur Mélenchon. Quand on voit par ailleurs que dans la Sarthe, l'alliance EELV/FdG a battu les sortants socialistes à des départementales, cela commence à sentir le roussi. Autant dire qu'on attend toujours une stratégie du PS face à cette situation...



16/06/2016
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 154 autres membres

Design by Kulko et krek : kits graphiques